Gécamines

À un moment sous Mobutu, l'argent était ramassé à la pelle dans la Capitale Kinshasa et dans l'arrière-pays. PHOTO LE SOFT NUMÉRIQUE.

La seconde mort de Dokolo Sanu ou les années fric du Maréchal révélées

  • mer, 24/05/2006 - 16:12

Ce sont les années fric qui ont fait l’arrivée des patrons type Dokolo. À une période des années Maréchal, alors que la Gécamines faisait du milliard de dollars/an en exportant aux usines belges d’Hobokken 450.000 tonnes de cuivre, le fric était pris à la pelle à Kinshasa et dans les principales villes du pays. Des candidats patrons parfumés en bonne compagnie ont surgi du néant pour faire des sous. Dokolo en fait partie. Modèle de réussite à l’ouest quand d’autres faisaient du commerce du manioc, lui, étincelant, brillant de mille feux, a voulu voir loin, très loin. Il a bâti la BK pour pomper du fric en direction d’une multitude de sociétés de son holding n’ayant que ses enfants... mineurs comme... associés. L’incroyable toile démontée.

Pages